Filiale du groupe NGE depuis 2016, Cardinal Edifice change de nom et devient NGE Bâtiment en ce début d’année 2022. L’entreprise générale, actuellement implantée sur 3 régions (Ouest, Ile de France et Sud), place le digital et l’innovation dans ses axes de développement pour répondre aux défis des chantiers les plus complexes et proposer une offre différenciante.

Le BIM est désormais implémenté dans ses processus depuis 6 ans. NGE Bâtiment a créé une cellule dédiée à son déploiement. Depuis 2015, NGE Bâtiment a participé et mené à bien une quinzaine de chantiers en BIM (Building Information Modeling) en mettant la collaboration au centre de la gestion de projets. Il nous explique leur parcours BIM.

Sur la route du BIM

« Sur un projet, j’ai rencontré une problématique où j’ai dû dessiner manuellement en perspectives pour expliciter la solution. Toutefois, si je devais faire une quelconque modification, alors je devrais tout reprendre. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’intéresser à Revit, et plus particulièrement à son potentiel pour un usage méthodes. J’ai pu constater le bénéfice que pouvait apporter la 3D en ce qui concerne la compréhension et mais également la communication avec le chantier. Il n’était pas encore question de collaboration mais il s’agissait tout de même de BIM niveau 1. » explique Benoît.

Après plusieurs années à réfléchir sur la mise en œuvre du béton, Benoit Lecrioux voulait élargir ses connaissances dans d’autres domaines. « Ainsi, j’ai eu l’opportunité de déployer le BIM chez NGE Bâtiment en partant d’une feuille blanche. » précise Benoît.

Quelles sont les applications courantes du BIM chez NGE Bâtiment ?

NGE BATIMENT a commencé à mettre en œuvre le BIM en interne, après avoir réalisé des audits auprès des différents services concernés. Dans cette perspective, certains processus de travail ont été mis à jour, et ainsi les équipes ont pu paramétrer les logiciels selon leurs besoins (Revit notamment).

Aujourd’hui, l’utilisation du BIM et de la maquette numérique est devenue courante dans plusieurs services :

  • Le bureau d’études Structures réalise la totalité des plans de coffrages sur Revit, et réalise des passerelles avec les logiciels de calculs;
  • Le service études de prix modélise des maquettes en phase d’appel d’offres pour en extraire les métrés et servir de base à leurs mémoires techniques;
  • Le service méthodes s’appuie sur les maquettes numériques pour réaliser des documents en 3D (installation de chantier, phasage, plans de sécurité…);
  • La synthèse technique de nos projets s’appuie sur un processus de BIM niveau 2;
  • Le service BIM assure le BIM Management des projets de la phase conception jusqu’à la livraison.

Les outils BIM chez NGE Bâtiment

« Pour la modélisation, les équipes utilisent Revit, notamment pour sa capacité à s’adapter à nos nombreux usages. Moyennant un temps de paramétrage important, Revit offre la possibilité de créer des objets paramétriques certes complexes, mais qui font gagner du temps à l’usage. La possibilité d’automatiser des tâches via Dynamo est également un avantage certain. » explique Benoît.

For the synthesis, the NGE Bâtiment teams use Solibri. Ce logiciel leur permet de travailler directement avec les IFC (Industry Foundation Classes). « Solibri possède également une base puissante de règles de détection, qui nous permet de communiquer en utilisant le format BCF. » développe Benoît.

« Pour le suivi documentaire de nos projets, le partage des maquettes numériques et la gestion des problématiques de synthèse, nous utilisons l’environnement commun de données (CDE) Bimsync. Nous avons utilisé cette plateforme pour la première fois en 2018, sur un projet de réhabilitation. » précise Benoît.

« L’utilisation du BIM implique plusieurs logiciels. Ces derniers dépendent alors des cas d’usages, et le plus important est que chaque intervenant utilise celui qui sera le plus approprié à sa discipline pour se concentrer sur son expertise métier. Dans cette perspective, il est impératif que ces logiciels soient certifiés pour des échanges au format IFC, afin de faciliter la collaboration et l’échange de données. » conclut Benoît.

Le choix d’une solution cloud

NGE Bâtiment a utilisé le BIM pour la première fois lors du projet du CHU de Rennes. « Nous utilisions déjà un espace partagé sur un cloud; toutefois l’accès aux dernières maquettes était tributaire de ma compilation hebdomadaire et du seul ordinateur installé dans la base vie qui disposait du logiciel nécessaire. Cela n’a pas empêché les équipes chantier de venir la consulter, mais j’avais l’impression d’être sur le chemin critique de l’accès à l’information alors que cela n’aurait pas dû être le cas.  » explique Benoît.

Après avoir comparé techniquement et financièrement plusieurs solutions, NGE Bâtiment a opté pour Bimsync. « Nous avons choisi ce CDE pour son utilisation simple, sa gestion des sujets au format BCF, ainsi que sa visionneuse de maquettes via le cloud, ne nécessitant pas d’installation. Pour moi, ces aspects sont indispensables pour démocratiser le BIM au-delà des architectes et des bureaux d’études. » explique Benoît Lecrioux. « De plus, son modèle d’utilisateurs illimités permet l’accès aux documents et aux maquettes à tous les intervenants. » continue Benoît.

Le BIM est un processus de collaboration qui englobe l’ensemble des workflow 2D et 3D ; la plateforme doit donc être unique pour le projet et pouvoir gérer l’ensemble de la documentation. « La notion d’Environnement Commun des Données (EDC)résume très bien cela. » précise Benoît.

Le Format BCF

La plupart des projets réalisés par NGE Bâtiment sont des ouvrages fonctionnels publics comprenant beaucoup de réseaux (électricité, ventilation, eau chaude, etc.). Dans ce cas de figure, les études de synthèse sont cruciales pour le bon déroulement des travaux. « Le cycle hebdomadaire de revue de projet permet d’aborder une quarantaine de sujets à chaque réunion. Toutefois certains sujets concernent la modélisation et n’ont pas besoin d’être abordés en séance plénière. » explique Benoît. Pour autant, ces sujets ont besoin d’être résolus, et doivent être alimentés en informations et commentaires, pour pouvoir avancer dans le projet. L’utilisation des BCF (BIM Collaboration Format) dans Bimsync permet d’assurer ce suivi et cette traçabilité. « Les remarques et solutions sont saisies directement lors des réunions et ainsi sont disponibles immédiatement. C’est un gain de temps pour nous dans un rythme soutenu de synthèse. » poursuit Benoît Lecrioux. Par ailleurs, les intervenants gagnent du temps et peuvent ainsi cibler les actions sur lesquelles ils doivent agir et l’endroit précis de la problématique à résoudre. « Nous ne gagnons pas de temps sur la durée globale de synthèse, mais cette efficacité nous permet d’être plus précis et plus exhaustif, de manière à obtenir des études plus qualitatives, et ainsi d’avoir moins d’adaptations hâtives par la suite sur chantier. » précise Benoît.

illustrations de sujets de présynthèse sur le Groupe Scolaire de La Valette du Var (83)
Illustrations de sujets de présynthèse sur le Groupe Scolaire de La Valette du Var (83)

L’intégration des BCF dans les workflows 3D et 2D

« Nous nous sommes très vite habitués à l’utilisation du BCF. L’appropriation de cet outil se fait à différente vitesse par les intervenants. Dans cette perspective, l’accompagnement de l’équipe BIM est primordial pour que les membres adoptent le BCF.

Je me suis également aperçu que le format BCF, tel qu’il est proposé dans Bimsync, contient les informations nécessaires (date, responsable, statut) et permet de faire le lien entre le document et le visa de la maîtrise d’œuvre. Ainsi, le versioning nous permet de travailler avec le document à jour, et de vérifier son statut de validation. » explique Benoît.

Les équipes de NGE Bâtiment ont également créé un tableau de bord à partir de ces données BCF pour permettre une lecture facile de l’avancement des études et pour cibler les points à prioriser. « Initialement, nous utilisions des exports Excel mais nous avons désormais automatisé cette tâche par le biais des API mis à disposition par Catenda. » précise Benoît Lecrioux.

Illustration du tableau de bord Power BI en utilisant les données du BCF
Illustration du tableau de bord Power BI en utilisant les données du BCF

La mise en place de Bimsync

Le projet de l’Arena du Futuroscope est un projet phare de NGE Bâtiment du fait d’une adoption forte du BIM et de Bimsync. L’objectif de l’entreprise était dans un premier temps de répondre aux besoins du chantier et aux problématiques de gestion de documents. « La gestion de la masse d’informations est un vrai sujet sur un projet. Il est important qu’elle circule de manière fluide et qu’elle ne dépende pas d’une méthode de classement et de diffusion liées à des personnes, mais plutôt à un processus reproductible d’un projet à un autre. » explique Benoît.

« L’adoption de la plateforme ne se fait pas plus simplement depuis l’ajout de la gestion des visas, mais cela a permis d’étendre son utilisation à des projets non BIM. » ajoute Benoît.

Lors d’un suivi client avec NGE Bâtiment, Benoît nous a présenté sa méthode de suivi des visas en utilisant les sujets dans Bimsync. L’idée nous avait parue très intéressante car novatrice et offrant de nouvelles perspectives (gestion et pérennité de la donnée, intégration d’une gestion 2D classique au sein d’un processus BIM, etc.). Ce retour a été partagé avec l’équipe Produit qui l’a adapté quelques semaines plus tard en permettant d’enregistrer des annotations faites sur un document dans un sujet; et plus tard dans le développement des circuits de validation. Chez Catenda nous sommes toujours à l’écoute de nos clients; notre devise « Grow with us » (évoluez avec nous) s’applique dans les deux sens: dans l’amélioration continue de nos services en se basant sur les retours clients et dans l’utilisation plus large de nos outils.

Bianca Giorsetti, Directrice France chez Catenda.

Benoit Lecrioux, BIM Manager chez NGE Bâtiment.