Brief du projet:

Le projet d’extension du tramway de Marseille en France comprend 7 km de nouvelles infrastructures de transport et un site de maintenance et de stockage. Grâce à l’utilisation de Bimsync, Egis a développé de nouvelles pratiques de collaboration et des revues de projets techniques centrées sur le modèle numérique.

Article de Nicolas Ferrara et Jérémie Huet d’Egis

Projet de tramway à Marseille par Egis

Étape importante dans la vie d’un projet d’ingénierie, les revues techniques sont l’occasion pour une direction de projet de passer au crible les différents sujets impliqués dans la bonne intégration spatiale et fonctionnelle des composantes du projet. ou identifier les incohérences et les points à risque. Ces rencontres sont également un moment privilégié pour « resynchroniser » les spécialistes autour des dernières évolutions du projet.

Dans les projets précédents, ils ont constaté qu’un modèle numérique restait difficile à comprendre et peu accessible pour un non-spécialiste. Pour pouvoir consulter le modèle, il fallait connaître les outils de conception ou de visualisation 3D, disposer de logiciels à jour et savoir naviguer à travers la multitude de modèles ou d’objets qui le constituent. En fait, à part quelques personnes qualifiées, très peu d’acteurs au sein de l’unité de projet ont pu travailler avec le modèle et son contenu dans leur activité quotidienne.

Egis a voulu éviter ce piège sur le projet de Marseille. En introduisant la plate-forme de collaboration Bimsync de Catenda dans le projet dès le début du processus de conception, une toute nouvelle expérience du modèle numérique a été mise en œuvre pour l’équipe du projet et ses parties prenantes.

 

Tous à bord de la plate-forme BIM !

Grâce à Bimsync, il est devenu possible pour tous les acteurs, et pas seulement pour les spécialistes du BIM, de naviguer dans le modèle de projet et de consulter son contenu. Tout se fait à partir d’un simple navigateur web connecté à l’Internet.

Pour discuter du projet, il n’est pas nécessaire de mettre en évidence des plans ou d’échanger des croquis par e-mail : la plateforme Bimsync est capable de prendre en charge des conversations techniques centrées sur des objets ou des lieux spécifiques de la maquette et de les gérer jusqu’à leur fermeture.

 

Une nouvelle forme de journal à points ouverts

Qu’est-ce que cela a changé ? En premier lieu, le modèle numérique est devenu le point de naissance (ou le prolongement) des discussions lors de la synthèse et des examens de projets. La possibilité de créer des « post-it » à l’intérieur du modèle, de discuter autour de ces questions, d’assigner des tâches aux spécialistes concernés et de les gérer dans un tableau de bord, a gagné le soutien de tous les ingénieurs et architectes de l’équipe.

En utilisant la plateforme Bimsync, l’analogie interne est que c’est comme si les revues techniques étaient accessibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Des versions actualisées du modèle peuvent être facilement consultées par toutes les parties prenantes. Cela leur permet d’analyser leur production au regard des interfaces avec les autres équipes et de soumettre leurs remarques en ligne en temps réel.

Pour discuter du projet, il n’est pas nécessaire de mettre en évidence des plans ou d’échanger des croquis par e-mail : la plateforme Bimsync est capable de prendre en charge des conversations techniques centrées sur des objets ou des lieux spécifiques de la maquette et de les gérer jusqu’à leur fermeture.

Nicolas Ferrara, BIM Manager, Egis

Près de 370 sujets ont émergé lors des études de sites de maintenance et sur les 7 km d’infrastructures. Cette base de sujets dans Bimsync, qui s’apparente à un journal des points techniques ouverts d’un projet, a permis de centrer les réunions du projet menées par le responsable de la synthèse d’Egis sur des sujets qui méritaient d’être abordés verbalement, tout en gardant une trace des décisions prises et des sujets à étudier ultérieurement.

Coordination des sujets dans Bimsync pour le projet de tramway de Marseille

 

Le modèle, un catalyseur de l’intelligence collective

En outre, l’expérience de Marseille a démontré à l’équipe d’Egis qu’avec un modèle partagé, le responsable de la synthèse n’était plus chargé d’identifier et de résoudre les problèmes. L’accès de tous au modèle a permis de tirer profit des expériences et des points de vue de chaque membre du projet, et d’utiliser beaucoup mieux l’intelligence collective de l’équipe.

Enfin, des projets complexes comme le prolongement du tramway de Marseille mobilisent des spécialistes très différents, qui ne partagent pas toujours les mêmes références. Le modèle numérique Bimsync ne révolutionne pas leur travail en tant que tel, mais il devient leur « objet frontière » commun à toute l’équipe. Un support intelligible leur permettant de se comprendre plus facilement, sans effort particulier de traduction ou d’explication.

 

Une collaboration plus naturelle, mais pas automatique

Le projet de tramway de Marseille a duré 18 mois, et a démontré à Egis que les dernières plates-formes BIM mettaient les modèles à la disposition de tous et facilitaient la collaboration. Grâce à des plateformes comme Bimsync, le chemin n’est plus très long pour que les propriétaires et leurs partenaires profitent directement du modèle au quotidien.

La collaboration autour des modèles peut sembler naturelle, mais il faut encore une meilleure interopérabilité entre les différents outils commerciaux 3D et l’organisation des données qui, dans le projet de tramway Egis Marseille, s’élevait à 130 modèles. La gestion des flux d’information nécessite toujours, malgré tout, une maîtrise de la méthodologie d’échange BIM et un suivi rigoureux. Grâce à une compétence et une pratique BIM intégrées au sein de l’équipe, l’approche a été plus convaincante qu’elle ne l’aurait été autrement.