BIMSYNC CATENDA

Les discussions surla modélisation des informations du bâtiment (BIM) durent depuis des décennies. Elle a réellement démarré dans les années 1990, lorsque la technologie et les normes ont commencé à voir le jour (Archicad en 1987, IFC en 1995, Revit en 2000, etc.). Pourtant, en 2021, certains en ont une opinion négative ou fausse, voire pensent qu’il reste du temps avant qu’il ne devienne la norme. Pourquoi le BIM n’est-il pas une contrainte et quels en sont les avantages ?

 

Les stéréotypes

Tout d’abord, de nombreux stéréotypes sont collés à l’image du Building Information Modeling (BIM). Le premier stéréotype qui vient à l’esprit est le coût de l’achat de nouvelles technologies et de la formation des employés ou de l'embauche de spécialistes. Les prix des logiciels étaient peut-être élevés il y a 20 ans, mais aujourd’hui, il y en a pour tous les budgets avec une gamme de solutions. Quant à la formation et aux compétences, c’est la même chose ; il y a maintenant des milliers de personnes qui maîtrisent les outils et les processus de travail en raison de l’évolution naturelle vers les technologies, parce que les universités intègrent désormais cela dans leurs programmes, et également parce que le gouvernement pousse les entreprises à former leurs employés en leur fournissant un soutien financier (c’est le cas en France par exemple avec le « Compte personnel de Formation » qui fait partie du développement professionnel continu). Lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre un logiciel comme Microsoft Office, par exemple, remettez-vous en question le prix ? Ou êtes-vous réticent à l’idée d’envoyer votre équipe suivre une formation sur la santé et la sécurité ?

 

L’interopérabilité et la perte d’informations lors de l’exportation vers les Industry Foundation Classes (IFC) constituent le deuxième stéréotype. En effet, les normes BIM ouvertes (IFC et BCF (BIM Collaboration Format)) ont mis du temps à se développer et évoluent encore pour prendre en compte tous les aspects de l’industrie AECO. Il a également fallu un certain temps aux fournisseurs de logiciels pour se conformer à ces normes et faire en sorte que leurs utilisateurs puissent travailler avec le monde extérieur. Mais aujourd’hui, la technologie et les normes sont faites de manière à ce que vous disposiez de toutes les données dont vous avez besoin. Pour en savoir plus sur l’IFC, regardez notre webinaire ici.

 

Le dernier point concerne la complexité du respect de normes internationales telles que la norme ISO19650 (anciennement PAS 1992). En lisant ces normes, vous vous rendez compte de la quantité de travail de préparation que vous devez effectuer avant de commencer quoi que ce soit, et cela peut sembler être une corvée. Mais les processus sont aussi complexes que vous voulez qu’ils le soient. Commencez petit, ne partagez que des documents, afin d’arrêter d’envoyer un e-mail toutes les 5 minutes (et donc ne plus être un facteur !), puis partagez des modèles 3D. Commencez peut-être à rédiger des règles communes simples, etc. Vous n’êtes pas obligé de tout faire en même temps. En procédant étape par étape, vous contribuerez à motiver votre équipe et à obtenir de meilleurs résultats.

 

La peur de l’inconnu

Mais comme pour tout changement dans la vie d’une personne, la véritable raison pour laquelle la modélisation des données du bâtiment (BIM) est perçue comme une contrainte est la peur de l’inconnu. Plus précisément, c’est la peur de quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre entièrement et qui perturbe nos processus de travail actuels. Pendant longtemps, seule une sphère supérieure comprenait le concept de BIM, ce qui le faisait « redescendre sur terre ». Le BIM était un sujet mystique, ce qui n’aidait pas à surmonter cette peur du changement.

Le temps ayant passé, les connaissances ont voyagé entre toutes les couches du secteur de la construction ; le BIM est plus accessible et maîtrisé par un plus grand nombre de professionnels. Pour rester compétitif, vous devez donc reconnaître cette peur et relever le défi. Il est encore temps de vous positionner en tant que leader dans un domaine que beaucoup de gens craignent ou ne maîtrisent pas. Voir l’article : Quels sont les moteurs de l’acquisition de nouveaux clients ?

 

Le BIM est une opportunité

Un flux de communication ouvert

Le BIM a un impact positif sur la vie d’un projet de plusieurs manières. Le plus important est qu’il rapproche toutes les parties prenantes. Jamais auparavant dans l’histoire, il n’y a eu de telles synergies entre les clients, les consultants et les entrepreneurs principaux, qui se fient finalement les uns aux autres pour obtenir des informations de qualité. Le bouleversement des technologies, des normes et des processus a obligé les acteurs à repenser leur objectif : livrons-nous un objet physique sans intelligence derrière lui, ou livrons-nous un ensemble de données qui vivent tout au long de son cycle de vie ?

Lorsque vous mettez en place une plateforme commune pour que chaque partie prenante puisse échanger ses fichiers (BIM, 3D ou 2D, peu importe), vous menez déjà un projet BIM de niveau 1 ! Ajoutez à cela un bref plan d’exécution BIM (BEP), et voilà, vous pouvez dire que vous remettez officiellement un projet BIM à vos clients.

 

Détecter les erreurs de conception

Le partage ouvert des modèles 3D a permis aux professionnels de mieux comprendre les détails complexes et de détecter rapidement les erreurs de conception qui seraient très coûteuses si elles étaient découvertes sur le site. Le graphique ci-dessous montre l’impact sur la planification et le coût de la résolution des problèmes. C’est également possible avec des informations en 2D, mais la marge d’erreur est plus grande qu’en 3D. Par exemple, l’architecte conçoit en 3D mais livre en 2D sur un chantier réel, et l’ingénieur structure fait tout en 2D. À un certain moment de la phase de conception, l’architecte a déplacé la position de l’un des murs du noyau en béton, et l’ingénieur l’a modifié à tous les étages, sauf au rez-de-chaussée, et un peu tard de toute façon pour l’équipe de chantier. Le noyau de béton a été coulé hors d’aplomb, ce qui a eu un impact sur tout, jusqu’au revêtement ! Avec un modèle 3D, cette anomalie aurait été évidente dès le premier jour.

 

Processus de construction avec le BIM
Crédits : https://www.magicad.com/en/bim/

 

Automatisation des tâches répétitives

Un autre impact positif du BIM est l’automatisation des tâches répétitives. Il y a quelques années, on pouvait trouver des architectes chargés de dessiner chaque porte d’un projet ; aujourd’hui, on peut trouver ces mêmes architectes en train de dupliquer des objets 3D ou même de les programmer pour que l’outil BIM le fasse automatiquement. L’outil le fait automatiquement. Il en va de même pour tous les acteurs de l’industrie.

 

La technologie est au service de ses utilisateurs, elle est conçue pour que les gens puissent se concentrer davantage sur d’autres tâches. Par exemple, s’ils passent moins de temps à concevoir des éléments de construction simples, ils peuvent consacrer plus de temps au développement de systèmes ou de bâtiments complexes. Ils peuvent également passer plus de temps sur le côté humain de leur travail, en développant des contacts qui sont cruciaux pour maintenir ou développer les activités de l’entreprise.

 

Ensemble unifié de données

Vous avez certainement tous entendu le terme « Jumeau Numérique » (Digital Twin). Le jumeau numérique est le fait qu’il existe une réplique numérique exacte de votre bâtiment. Le fait d’avoir un jumeau numérique permet aux parties prenantes de trouver les bonnes informations à tout moment. C’est votre source unique de vérité. Vous ne perdrez plus de temps à chercher le produit utilisé pour les pommes de douche afin de le fournir à votre évaluateur BREEAM, pour découvrir trois mois plus tard qu’il a été remplacé par autre chose. Ou la fourniture d’un manuel d’exploitation et de maintenance en papier au propriétaire du bâtiment, sachant que seuls 10 % de ce manuel sont utiles et que personne ne l’ouvrira.

Voir l’article : Le jumeau numérique – de la vision à l’action.

 

Le BIM, c’est le passé, le présent et l’avenir

Le dernier point qui mérite d’être mentionné est que le BIM est une réalité. Non seulement les professionnels y adhèrent, mais de plus en plus de pays l’adoptent également. Les gouvernements du monde entier l’exigent pour les projets financés par des fonds publics. Les pays scandinaves ont ouvert la voie, puis ont été rapidement suivis par d’autres pays d’Europe et du reste du monde.

Voir l’article :Dans quels pays le BIM est-il obligatoire pour les projets publics ? Comme l’explique cet article, dans certains pays, ce sont même les promoteurs privés qui mènent le changement.

 

Cela signifie essentiellement que la Modélisation des Données du Bâtiment (BIM) a été adoptée par une partie suffisamment importante du marché pour franchir le gouffre du cycle de vie de l’adoption des nouvelles technologies. Ce concept de gouffre dans l’adoption des innovations technologiques a été développé dans un livre de Geoffrey A. Moore, Crossing the Chasm. L’auteur y explique ce que beaucoup savent par expérience, à savoir que la mise en œuvre de technologies innovantes n’est pas un processus linéaire et que seuls les produits qui franchissent le gouffre sont durables.

Processus d'adoption d'une technologie

Crédits : https://i2.wp.com/www.business-to-you.com/wp-content/uploads/2020/03/Technology-Adoption-Life-Cycle-Crossing-the-Chasm.png?ssl=1

 

Alors, où voulez-vous vous positionner sur le graphique ci-dessus ? Souhaitez-vous rejoindre la vague majoritaire précoce, ou êtes-vous toujours sceptique ?

 

Bianca Giorsetti, Responsable pays francophones chez Catenda.

 

Related Post