Dans cette ère numérique où un nouveau logiciel innovant voit le jour chaque jour, on peut se sentir dépassé. Bien que dans notre vie personnelle, cela puisse sembler attrayant et amusant, au niveau professionnel, cela peut être un véritable casse-tête de choisir le ou les bons outils. Le secteur de la construction ne fait pas exception à cette tendance lorsqu’il s’agit de BIM (Building Information Modeling)ou de VDC (Virtual Design and Construction). Les entreprises préfèrent acheter le logiciel qui répond à la plupart de leurs problèmes, mais est-ce la voie à suivre ? Est-il préférable d’utiliser un seul outil pour tout ou plusieurs outils connectés ?

 

BIM fermé et systèmes segmentés

Pour les utilisateurs quotidiens de logiciels BIM, cette question peut sembler triviale : bien sûr, il n’est pas possible d’utiliser un seul outil. De même, comme une équipe de projet compte plusieurs membres, chacun avec son domaine d’expertise, chaque solution a ses propres spécificités afin de délivrer le résultat souhaité. Et parce qu’il y a une telle variété d’intervenants, il ne peut y avoir un seul logiciel de construction qui puisse convenir aux concepteurs, aux ingénieurs de chantier, aux chefs de projet, aux facility managers, aux métreurs, etc.

 

Pour les décideurs, ce n’est pas si facile. Certains logiciels BIM disposent d’un large éventail de fonctionnalités et pourraient se suffire à eux-mêmes. Ces fonctionnalités ne sont peut-être pas parfaitement opérationnelles, mais elles sont suffisamment bonnes pour continuer à fonctionner, et vous avez une chose de moins à rechercher. Mais posez-vous la question suivante : votre équipe sera-t-elle capable de travailler efficacement avec ces « fonctionnalités suffisantes » ? Cet outil vous apportera-t-il un retour sur investissement suffisant ? Le fait d’avoir un seul logiciel BIM qui fait beaucoup (BIM fermé) signifie que l’interface devient plus complexe et qu’il y a donc un risque plus élevé qu’il ne soit pas adopté par ses utilisateurs et qu’il n’apporte pas tout son potentiel.

 

Le fait d’avoir un seul logiciel n’est donc pas viable. Après tout, même un couteau suisse peut être pénible à utiliser ! Mais avoir un logiciel par cas d’utilisation qui ne peut pas facilement extraire ou partager des informations sera très chronophage. Reprenons l’exemple de l’équipe de projet : Imaginez que vous êtes chef de projet avec votre architecte, votre ingénieur MEP et votre ingénieur structurel. Ils se trouvent tous seuls dans une pièce, sans fenêtre, de sorte qu’ils ne peuvent pas se voir les uns les autres. En tant que chef de projet, vous avez besoin des informations de tous pour construire l’actif, alors vous leur rendez visite. Chaque fois que vous fermez la porte, de nouvelles questions surgissent, et vous devez donc faire de nombreux allers-retours avant d’avoir votre solution finale. Ne serait-il pas plus simple d’avoir des fenêtres entre les pièces pour qu’elles puissent échanger des informations ? Le principe du BIM est de contrer cette segmentation dans le secteur de la construction ; pourquoi n’en serait-il pas de même avec notre logiciel ?

 

project management
Crédits : www.logicalimagination.com

 

BIM ouvert et systèmes intégrés

Des organisations internationales comme buildingSMART s’efforcent déjà de garantir l’existence d’un langage commun par le biais des normes IFC (Industry Foundation Classes) et BCF (BIM Collaboration Format). Le langage peut être comparé à ce qui se passe lorsque l’information passe par la fenêtre. Mais qu’en est-il de la fenêtre elle-même ? Comment la construire, et comment la contextualiser ? C’est là qu’interviennent les éditeurs de logiciels. Ils doivent s’assurer que l’outil qu’ils développent peut communiquer avec le monde extérieur. Certaines sociétés de logiciels préfèrent développer des solutions dans leur propre environnement, ce que nous appelons le BIM fermé. Mais contrairement à d’autres secteurs, comme l’aérospatiale, dans le secteur de la construction, vous livrez un bien en constante évolution qu’une multitude de personnes différentes utiliseront. Nous en revenons donc à notre première déduction, à savoir qu’il ne peut y avoir un seul logiciel pour toutes les parties prenantes.

Voir article: Open vs Closed-BIM article.

 

Plusieurs outils qui peuvent se connecter

La connexion est la notion sous-jacente intéressante du sujet actuel. En disposant d’outils capables de communiquer, en créant un écosystème de logiciels BIM puissants, vous ne perdez plus de temps à transférer vos données, voire à les transposer. Mais en tant qu’utilisateur, comment pouvez-vous savoir que le logiciel que vous évaluez peut être intégré dans votre boîte à outils actuelle ? Demandez au fournisseur si la solution dispose d’une API (Application Programming Interface) et s’il a des exemples d’intégration ? Une API est un ensemble de fonctions et de procédures permettant d’accéder aux données d’une application (voir l’article « Qu’est-ce qu’une API ? »). ). Une API ouverte et bien documentée est la clé d’un écosystème BIM durable. L’API peut donc être comparée aux fenêtres mentionnées précédemment.

 

API documentation in Bimsync
Exemple de la documentation de l’API de Bimsync.

 

Certains peuvent s’inquiéter du coût global de l’utilisation de nombreux outils. En effet, les frais généraux et les bénéfices sont aussi serrés que les projets sont complexes. Mais si vous choisissez bien, tous ces outils feront gagner du temps à votre équipe et optimiseront vos processus de travail et, par conséquent, votre marge. Si l’on compare à nouveau à l’équipe de projet : en tant que directeur, n’êtes-vous pas heureux d’investir dans un métreur qui s’occupe de tous les contrats afin que votre ingénieur de chantier se concentre sur la sécurité et la progression sur le site ? De la même manière, si chaque membre de l’équipe apporte de la valeur, un logiciel BIM puissant et communicatif le fera.

 

Dernier point, les entreprises de construction sont de plus en plus innovantes et numérisées ; les développeurs BIM sont désormais embauchés pour relever les défis qui attendent le secteur. Ces derniers ont besoin d’autres outils que de simples logiciels. Ils ont également besoin de données et de lignes de codes pour pouvoir optimiser les tâches répétitives du reste de l’équipe. L’API est la solution qu’ils recherchent. L’API leur permettra d’aider les autres membres de l’équipe mais aussi d’être créatifs et de développer au-delà de ce qui est facilement disponible pour le reste du marché.

Teamwork organization
Crédits : https://www.ntaskmanager.com/blog/7-benefits-of-working-as-a-team-for-successful-project-management/

 

Notre industrie segmentée (l’industrie AECO) s’oriente lentement vers la technologie grâce à la notion et à la normalisation BIM. Le langage commun s’est déjà bien développé. La question est maintenant de savoir si l’on veut rester dans un écosystème segmenté de logiciels ou si l’on veut pousser les entreprises de logiciels à ouvrir leurs solutions afin d’avoir un flux de données continu.

 

L’ouverture est une valeur fondamentale chez Catenda ; c’est l’une des raisons pour lesquelles notre produit Bimsync Arena est basé sur le BIM ouvert et sur des API ouvertes, avec une documentation complète disponible sur notre site web. Chez Catenda, nous croyons qu’il faut faire partie d’un écosystème plus large en intégrant d’autres logiciels, comme VRex ou FusionLive. Nous pensons également que nos clients doivent être les seuls propriétaires de leurs données et nous leur permettons d’accéder aux données en utilisant notre API. C’est cette flexibilité qui nous rend uniques car, en plus d’être une plateforme simple et puissante, nous permettons aux clients de créer des couches supplémentaires en fonction de leurs besoins.

 

Bianca Giorsetti,Responsable pays francophones chez Catenda.

Related Post